Nouvelle procédure de contôle des réglages de l'action.

 

J’ai une corde qui fait un bruit bizarre ! Ca frise de partout ! Ma guitare est dure à jouer !  Je ne peux même plus faire un barré tellement les cordes sont hautes !...

A force de voir défiler des guitares pour tout ces problèmes, je me suis rendu compte qu’un tout petit rien pouvait faire basculer une guitare dans le côté obscure… ou,  dans la lumière. Il fallait simplement déterminer l’origine du défaut et le quantifier avec précision avant d’agir. De toute façon, les pistes sont déjà bien balisées, car les moyens d’actions ne font pas légion : la profondeur des gorges du sillet de tête, la hauteur du sillet du chevalet, l’arc-boutement du manche sous l’action des cordes et la rectitude des frets.

Mais, comment quantifier avec une grande précision tous ces paramètres ?

J’ai donc investi dans un petit bloc comparateur pour les relevés à la 1ière et 12ième case et fabriqué un outillage spécifique pour relever très précisément l’arc-boutement du manche.

L’ordre des réglages étant crucial car ils interagissent les uns sur les autres, j’ai donc choisi de faire mon relevé dans le même ordre.

Premier relevé : l’arc-boutement. Quand on accorde les cordes on leur donne une certaine tension qui déforme le manche comme un arc. Ce creux que je nomme arc-boutement arrive à son maximum quand toutes les cordes sont accordées correctement. On mesure alors cette déformation au milieu du manche avec un comparateur placé sur une règle dont l’une des extrémités est en appui sur la première case et l’autre sur la case à la jonction caisse/manche.

réglage blog 1.jpg

Comme il existe des manches plus ou moins long et des jonctions caisse-manche différentes, l’outillage que j’ai conçu est réglable pour s’adapter à chaque guitare. Le relevé s’effectue au plus prêt du milieu du manche, soit, la 5ième case pour les 12 cases hors caisse et 6ième pour les 14. Pour les électriques, il faut souvent mesurer la longueur entre le sillet de tête et la jonction caisse car elle peut varier énormément et régler le comparateur à la moitié de cette longueur. Une fois que l’outillage est réglé pour les dimensions propres de la guitare, on le pose sur une règle étalon afin de régler l’aiguille du comparateur à zéro, puis on le place sur le manche en vérifiant bien que ces points d’appuis ne touche les cordes. Là, on a une lecture directe de l’arc-boutement en mm.

réglage  blog 2.jpg

(Sur cette photo on doit lire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, puisque la pointe descend, soit 26 centième.)

Si le manche était plat (ce qui n’est pas bon, dans l’absolu) on lirait zéro, comme sur la règle étalon.  La valeur attendue doit se situer entre 0,15 et 0,40 mm. Pour faire varier cette valeur, on dispose sur beaucoup de guitares, d’un trus-rod. Il s’agit d’un système mécanique en acier ou en alu qui permet de contrecarrer l’action des cordes. Certains fonctionnent dans les deux sens (double effets), il peuvent aider ou contrecarrer l’action des cordes suivant ce que nécessite le contrôle de l’arc-boutement.

Si la cote relevée est proche de zéro, il y a de grandes chances pour que les cordes frisent au niveau des premières frets. Il faudra alors tourner la vis du truss-rod dans le sens de desserrage pour donner de l’arc. La cote variera à ce moment là vers 0,20 ou 0,30 et l’action augmentera, supprimant les frises.

Si la cote relevée est proche de 0,50mm, il y a de grandes chances pour que l’action des cordes soit si haute que la guitare soit injouable. Il faudra, alors, tourner la vis du truss-rod dans le sens du serrage. La cote variera à ce moment là vers 0,20 ou 0,30 et l’action baissera.

Avec mon outillage, on peut quantifier et donc régler l’arc-boutement exactement à la balance entre la jouabilité optimum et la limite de la frise. Souvent 2 à 3 centièmes de mm suffisent pour avoir une guitare bien ou mal réglée.

Certaines guitares ne sont pas équipées de truss-rod  et le moyen d’action est plus compliqué. Si l’arc-boutement est trop important on peut monter des cordes avec un tirant plus faible et inversement si l’arc-boutement n’est pas assez prononcé, monter les cordes d’un tirant plus fort. On peut aussi imprimer une force sur le manche accompagné d’un chauffage à 80°C pendant 12 heures, puis sans chauffage pendant 12 heures de plus. La chaleur ramollit la colle entre le manche et la touche et la force déforme le manche (bien choisir le sens de la force en fonction du résultat du relevé), puis sans la chaleur, la colle durcit et le manche reste ainsi arc-bouté suivant la déformation que vous lui avez donnée avec la force appliquée. C’est une méthode qui marche très bien, mais qui demande une bonne maitrise de la procédure.

 

 

Le 2ième relevé consiste à relever la hauteur entre la corde et la 1ière fret. Cette cote est le reflet presqu’exacte de la profondeur de gorge du sillet de tête. Je dis bien « presque » car l’arc-boutement interagit aussi sur cette cote : plus l’arc-boutement est prononcé, plus la cote augmente. Avec ce système de mesure:

réglage  blog 3.jpg

j’ai pu déterminer de manière très précise et indiscutable qu’une corde frise à vide si cette cote est inférieure à 0,127mm pour le mi aigu et de 0,350mm pour le mi grave. Une valeur supérieure à 0,600mm et la guitare est injouable, sans compter que la note donnée en appuyant sur la 1ière case au niveau du mi grave sera plus proche du fa# que du fa.

Pour faire varier cette cote, on agit sur la profondeur de gorge du sillet avec des limes calibrées et un jeu de cales servant de butée. Il est impératif que le réglage du truss-rod soit réalisé avant de toucher aux gorges du sillet de tête car si vous baissez l’arc-boutement à postériori, les cotes relevées à la première fret baisseront aussi et vous pouvez ainsi descendre en dessous des limites de 0,127 ou 0,350 ce qui fera friser vos cordes à vide.

A noter que les guitares manouches ne sont pas concernée par ce réglage puisqu’elle sont équipée d’une fret zéro.

 

 

Le 3ième relevé consiste à relever la hauteur entre la corde et la 12ière fret. On appelle cette cote : l’Action.

réglage  blog 4.jpg

Cette cote est tributaire de l’arc-boutement, de la hauteur du sillet de chevalet et dans une moindre mesure des profondeurs de gorges du sillet de tête. Avec ce système de mesure j’ai pu déterminer de manière très précise que les cordes friseront (dans ce cas, plutôt après la 7 ou 8ième case) si cette cote est inférieure à 1mm pour le mi aigu et de 2mm pour le mi grave et qu’une valeur supérieure à 4mm rend la guitare injouable. Ces valeurs sont différentes pour les cordes nylon, il faut simplement les majorer d’environ 14%.

Pour faire varier cette cote, on agit sur l’arc-boutement par l’intermédiaire du truss-rod, ou sur la hauteur du sillet de chevalet. Comme l’arc-boutement a été réglé en préalable, il faudra donc agir sur la hauteur du sillet ou pontets pour les guitares électriques.

D'une façon générale: (à condition que l’arc-boutement et les profondeurs de gorges du sillet de tête sont corrects)

- Si l’action trouvée à la 12ième case est de l’ordre de 1mm au mi aigu, il y a de grandes chance pour que la corde frise presque sur toute la longueur du manche. Il faudra donc, soit, refaire un sillet de chevalet plus haut, soit le caler, soit agir à la montée sur les vis de réglage de hauteur des pontets pour les électriques. Idem pour le mi grave si la cote relevée est inférieure à 2mm.

- Si l’action trouvée à la 12ième case est supérieure à 3mm au mi aigu et 4mm au mi grave, la guitare est injouable. Il faut donc, usiner le sillet de chevalet ou agir à la descente sur les vis de réglage de hauteur des pontets pour les électriques.

 

 

Enfin, reste la rectitude :

Certaines frets peuvent être usées ou mal implantées, dans ce cas, on a qu’une seule frise et justement sur la fret incriminée. Dès fois un simple coup de marteau suffi pour que la fret trouve bien sa place en fond de gorge et plaque sur la touche et : plus de frise ! Dans d’autre cas, il est nécessaire de faire, ce qu’on appelle : une planification. Après une planification il y a lieu de passer un coup de lime incurvée pour redonner sa forme arrondie à la fret et la repolir pour qu’elle retrouve un bon glissement.

 

La fiche de relevés:

En résumé, un contrôle d’action sur une guitare 6 cordes comprend donc 13 points de mesures : 6 à la première fret, 6 à la douzième et 1 au centre du manche.  Pour synthétiser tout ça, j’ai créé une « fiche de réglage ».

réglage 14 blog.jpg

Cette fiche est remplie gratuitement dès qu’une guitare rentre dans mon atelier. S’il y a des mesures qui nécessitent une retouche, la reprise sera facturée. La « fiche de réglage » sera remise au guitariste et deviendra le point zéro de l’état de la guitare à cette date. Ce sera très utile pour diagnostiquer un problème plus tard, même chez un autre luthier…

 

 

Si malgré tout ça votre guitare n’est toujours pas bien réglée, venez me voir, on reprendra tout à zéro !



30/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres