Les internationales de la guitare de Montpellier 2009

 

Départ à 14h du Bouet, Berlingot chargé de 6 instruments, dont la Demoizeel, Didier et moi sommes en route pour Montpellier, ou Matéo et Marie nous attendent.

La route n'est pas longue, rien a voir avec, mon dernier festival dans le Nord, et nous débarquons vers 18h30 chez Matéo. Maïté nous passe un savon car on se gare en face de chez elle, on négocie… Promis qu'on sera parti a 8 heures demain matin. Et oui, il y a un vide grenier dans sa rue !

Une première soirée entre les bras de Marie et Matéo et une première nuit blanche : téléphone réveil mal chargé qui demande à manger toutes les 30 mn, juste au moment où le sommeil va s'installer. Je ne risquais pas de louper le réveil ! Voilà pourquoi nous arrivons dans les premiers à l'Opéra.

On choisis une place stratégique.

 

Puis les premier visiteurs commencent  à poser des questions et essayer les guitares. Je fais la connaissance des Trablon, un couple d'exception par le talent, leur complémentarité et leur complicité, sans parler de leur gentillesse. J'espère bien les revoir prochainement car nous sommes quasiment voisin.

Curieusement, vers 11h on rajoute une table d'exposant en bout de la mienne et c'est là que je vois Maurice Dupont s'installer… Moi qui ai passé des heures et des heures sur son site à baver devant ses guitares, moi qui connais sa biographie par cœur, voilà qu'on expose cote à cote aujourd'hui: je me pince ! Non, non, je ne rêve pas ! Matez donc cette Dupont qui arbore avec majesté son dos en koa ondé:

Soudain, un type me tape sur l'épaule et dit « jean-François ? », je me retourne et j'aperçois un grand escogriffe aux cheveux longs noirs de geai avec des boucles d'oreilles aux endroits stratégiques du visage, avant qu'il me dise, « je suis Thym », je l'avais deviné. Ce jeune homme de 22 ans communique avec moi depuis plusieurs mois par Email, mais on ne c'était jamais vu. Il aspire à devenir luthier et, vu sa motivation, il va y arriver, y a pas de doute ! Thym était accompagné d'un jeune étudiant en géographie étonnant de virtuosité sur certaines phrases manouches d'envolées typiques. Avec Didier, me voilà donc flanqué de 3 gratteux, plus Matéo qui a flâné un peut entre les exposants.

En milieu d'après midi deux types sont venus gratter sur mes manouches. Malgré le brouhaha général, j'ai compris que j'avais affaire à de sérieux clients. Thym, me glisse à l'oreille gauche (celle avec laquelle j'entends encore les chuchotements) « se sont les deux modérateurs du forum de manoucherie.com, Malik et Titimaz ». Ils étaient forts intrigués par la sans bouche qui gueule toutes ses basses dans la gueule du gratteux, mais le manche était trop fin en haut et la table trop bizarre pour faire penser à une vraie manouche… Forcément avec tous ces défauts, elle n'avait aucune chance. Mais au moins elle les a intrigué. Quant à la Macca, sa touche a touché sont but et tapé dans l'œil de Titimaz. Vers 18 h on plie les gaules, plus de poissons et quasiment plus de médiators à vendre...

Le soir, sur la petite place prêt de chez Matéo, il y avait un petit concert gratuit d'un collectif qui jouent du manouche. On c'est régalé, même si Thym aurait préféré voir Tchavolo et les Ferré… plus de place ! Quand à Batiste il c'était installé entre les branches d'un platane, y accédant avec la souplesse d'un chat, au première loge, quoi! On a fini la soirée chez Marie et Matéo:

Couché tard. Thym HS.

Deuxième nuit blanche: cogitations sur le film de la journée trop chargée en évènements et surtout, trop vite passé.

Le dimanche Titimaz est repassé en famille pour constater que la Macca avait vieilli d'un jour,,, seulement…

A midi on se tape une pizza vite fait avec Maïté qui c'était pointé à l'heure pour nous rendre visite. Sacré Maïté, elle a le don de donner la pêche à son entourage, un vrai remontant et mieux qu'un anti-dépresseur !

L'après-midi fût plutôt long et je n'avais plus de médiators à vendre… Dommage, j'aurais du en apporter davantage. Vers 17h30 je fais mes au revoir à Thym et on se promet de se revoir dès que l'occasion se présentera. Puis un peu plus tard c'est à Marie, Matéo et Maïté que s'adresse nos au revoir,  on les remercie de nous avoir si chaleureusement accueilli.

A 19h30 Didier et moi sommes de nouveau dans le Berlingot, direction Saint Couat d'Aude où cette fois  c'est Orane, Julie et Patrice qui nous attendent. Le repas fût excellant et l'ambiance chaleureuse. Je pense avoir dormi un peu cette nuit là ou était-ce un rêve?

Lundi nous avons assisté à une répétition sérieuse des Bluff'swingeurs à Narbone. Un trio qui swing terrible dans lequel Patrice assure la guitare et la contrebasse avec talent. Et puis après, plus rien....

Mardi 12h, retour en Lot et Garonne , le Berlingot est curieusement très silencieux et tout ça devient déjà un immense souvenir, don Didier fera de la musique et moi des guitares… Vivement l'édition 2010 !



14/10/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres