Pourquoi une ouïe sur l'éclisse?

Mon modèle Osé (ouïe sur éclisse) n’a pas d’ouverture sur la table et possède, comme son nom l’indique une ouïe sur l’éclisse supérieure.

Alors, pourquoi mettre l’ouïe sur l’éclisse et choisir de laisser la table vierge ? Tout ça, au risque de choquer les inconditionnels de la guitare à Django, la célèbre Selmer!


En effet, mon modèle Osé, qui voudrait faire son chemin dans le monde manouche n’a pas choisi la voie la plus simple car son originalité n’est pas un atout dans ce registre musical qui reste très proche de la tradition : petite bouche et grande bouche, point barre !  Alors forcément, pas de bouche du tout, ça cloche un max !
Sur certains sites on l’appelle la guitare à trou comme le gruyère ! Pourtant, elle n’a pas plus de trou que certaines Ovations dont la table est criblée d’ouvertures de toutes tailles et ornées de marqueteries plus ou moins de bon goût… Mais je n’écris pas cet article pour enflammer les polémiques. Je veux simplement expliquer ma démarche et donner les clés techniques qui ont guidées mon choix.
Le premier choix était d’utiliser la surface totale de la table d’harmonie. Presque tout le monde sait que les cordes d’une guitare, quand elles sont actionnées, vibrent et que ces vibrations sont transmises à la table par le biais du chevalet. Quelqu’un a-t-il déjà vu un trou vibrer ? Non ? Bon, alors commençons par enlever ce qui ne vibre pas. Ainsi j’augmente la surface vibrante, logique, non ? Mais en plus, je n’ai plus besoin de rosace. Or, une rosace est faite avec des filets de bois insérés dans une gorge usinée à même la table, ce qui crée une masse supplémentaire et une rupture dans les fibres parallèles de la structure de la table.

En somme, une rosace diminue le rendement vibratoire de la table. Alors pourquoi met-on des rosaces sur toutes les guitares ? Et bien parce que l’ouïe fragilise la table et la rosace est en fait un renfort, qu’on aurait très bien pu mettre à l’intérieur, mais comme on lui a donné un côté décoratif, elle peut donc figurer à l’extérieur et ainsi faire part entière avec l’esthétique de la guitare. Suppression de l’ouïe et de sa rosace donc, pour améliorer le rendement de la table. Cette géométrie vierge laisse aussi libre court à l’implantation du barrage car ce trou mal placé, au milieu de la table était un passage interdit pour une barre ! J’ai donc pu dessiner un nouveau barrage dont deux barres  sont insérées au centre du talon de manche et partent en V vers les barres du grand lobe,  je récupère ainsi les basses fréquences transmises par le manche de la guitare.

.barrage AX sans bouche.jpg

Mais au fait, à quoi sert exactement l’ouïe sur une guitare ? On pourrait se pencher sur les travaux de Ludwig von Helmholtz sur la compression de l’air sous l’effet d’oscillation de la table en vibration, mais c’est un peu trop scientifique. On va rester sur des observations simples et faciles à vérifier soi-même. Et puis, il y avait déjà des ouïes sur les guitares ou sur les percussions bien avant ce Ludwig ! Donc, la première observation que l’on peut faire, c’est d’actionner une corde, le mi grave de préférence, pour une plus grande amplitude et de placer la main en face de l’ouïe : on sent l’air sortir de la guitare.Voir une vidéo démonstrative

La table est mise en mouvement par la corde et le chevalet, il s’agit d’une basse fréquence (le mi grave), ses oscillations sont lentes mais amples, ce mouvement déplace l’air autour de lui. L’air qui est à l’extérieur, j’aurais tendance à dire : on s’en tamponne ! Mais l’air qui est à l’intérieur de la caisse, lui, il essaye de sortir par tous les moyens et se heurte aux divers obstacles autour de lui : en premier le fond, puis les barres du fond, les éclisses et les contre-éclisses et enfin, la table elle-même et en ce faisant, il va freiner celle-ci. Mais l’air comprimé dans la caisse a une issue : L’ouïe ! C’est donc après un « long périple » que l’air est parvenu à l’ouïe. Cela semble instantané, mais en fait il c’est tout de même passé quelques centièmes de secondes. On peut conclure que moins l’air est freiné, plus la table oscillera librement, puisque c’est l’air lui-même qui la freine avant d’être évacué par l’ouïe. Houlà la ! Je n’ai rien inventé ! Déjà plein de luthiers et de firmes se sont penchés sur ce problème. La plus emblématique Firme est sans nul doute Ovation dont la démarche initiale était de faciliter le déplacement de l’air en diminuant les frottements grâce à une caisse sphérique et sans barres de renfort. Ils ont d’ailleurs réussi leur coup car le son est très puissant et le seul reproche que l’on puisse faire aux guitares Ovation est l’ergonomie inconfortable lié justement à cette forme sphérique. Je rajouterai aussi, en tant que luthier et réparateur, que la jonction manche corps est plus fragile que sur une guitare traditionnelle, le manche étant en bois et la caisse en résine, mais je m’égare…
Revenons à notre air qui s’affole à l’intérieur de la caisse de notre guitare dès qu’une corde est actionnée. Ayant quelques notions en dynamique des fluides de par mon ancien métier, j’ai constaté que la forme naturelle d’une guitare avec son petit lobe à l’avant, son grand lobe à l’arrière et entre les deux le rétrécissement des hanches faisait penser à un venturi. L’air comprimé par la table est issue principalement du grand lobe, en se heurtant au rétrécissement des hanches elle augmente sa pression et se retrouve dans le petit lobe avec une vitesse plus grande. Comme un tuyau d’arrosage, plus vous diminuez le diamètre de sortie et plus l’eau est propulsée loin de vous. Mais, me direz-vous,  que vient faire l’ouïe sur l’éclisse dans cette histoire ? Elle a été tout simplement positionnée le plus possible dans l’axe d’accélération de l’air. Je dirai même que dans le cas d’une guitare avec un pan coupé, on améliore encore le phénomène. A tel point que je vais certainement rajouter dans mon prochain modèle une deuxième ouverture sur le pan coupé.

Voir une vidéo démonstrative
Le fait d’avoir amélioré la circulation et l’échappement de l’air à l’intérieur de la caisse a-t-il une influence sur le son ? Puisque l’air comprimé a tendance à freiner le déplacement de la table, il influe inéluctablement sur le son. Si l’on compare deux choses que l’on connaît bien dans le jazz manouche : la petite bouche et la grande bouche. On dit en général que la petite est plus étincelante dans les aigus et que la grande a une plus grande puissance dans les basses. C’est un peu pour cela qu’on utilise de préférence la petite bouche pour le chorus et la grande pour la pompe. On a là une démonstration limpide de l’influence de la taille de l’ouïe sur le son d’une guitare. Mais en fait il s’agit tout simplement d’une modification de la circulation de l’air comprimé dans la caisse. La petite bouche freine davantage la sortie de l’air et augmente donc la pression dans la caisse, ce qui freine les grands déplacements, donc les basses fréquences, tandis que les hautes fréquences qui génèrent des déplacements faibles et rapides sont favorisées. Quant à la grande bouche, on peut dire qu’il n’y a presque plus de ralentissement du à la compression, ce qui permet aux basses fréquences de s’exprimer amplement. Le seul truc, c’est que la table perd une grande partie de sa surface !
Et bien avec l’ouïe sur l’éclisse on a un truc intermédiaire qui a donc des aigus étincelants et des basses puissantes grâce à un rendement optimum de la table et à une compression faible de l’air dans la caisse.
Une des critiques qui m’est été souvent suggérée, c’est que la projection se fait sur le guitariste et non sur l’auditeur. Là, je vais vous faire le coup du test du rideau que n’importe qui peut pratiquer chez lui. Vous vous placez à un mètre derrière un rideau et vous demandez à un ami qui a une bonne oreille de vous écouter jouer à un mètre de l'autre côté du rideau. Vous allez jouer deux fois le même morceau avec la même intensité, mais l’un est joué face au rideau et l’autre de profil. On dira que dans un cas, la projection est frontale et dans l’autre qu’elle est latérale. Puis ce sera à votre ami de dire quel était la partie qui lui a donné la meilleure projection… Vous allez vite vous rendre compte qu’il n’y a rien de catégorique quand la distance est supérieure à 2 mètres entre l’instrument et l’auditeur et que la projection n’est pas une affaire de position par rapport à l’instrument ni même de l’ouïe. Certes quand l’oreille est à 50 centimètres  de l’instrument, le son est vraiment dirigé et la perception est nettement plus puissante si l’on est proche de l’ouïe. De ce fait, le guitariste s’entend mieux jouer, ce qui peut être un avantage quand on joue en groupe et en acoustique pure, car on a un retour naturel.
Conclusion, le modèle Osé est une guitare originale dont l’équilibre hautes et basses fréquences est un atout incontestable pour je jeu en chorus ou à la pompe. Elle est puissante et dynamique. Les guitaristes qui l’on essayé ont tous été agréablement surpris par sa projection, son équilibre et sa polyvalence. De plus, comme le dit si bien Jim Grandcamp: "putain l'action, elle déchire grâve sur ta manouche!"


PS : Les deux extraits des vidéos liées au texte n’ont absolument pas été répétées ni mises en scène aussi, je dois un grand merci à Jim Grandcamp pour sa gentillesse, sa franchise et sa spontanéité.






11/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres